Jean-Pierre Lesieur a participé à la fondation et à la vie de trois revues : Le puits de l’ermite, Le Pilon et Comme en poésie. Revuiste impénitent il barbotte dans la mare revuistique depuis plus de 35 ans.  son parcours poétique comprend une dizaine de recueils dont les derniers : Manuel de survie pour un adulte inadapté,(Gros textes) et Mon papa m’a dit (Comme en poésie) ont été publiés récemment.

Il a été le seul intervenant de Petit plus dans la revue de Philippe Marchal Travers et a vue son recueil Infarct faire le polder de Décharge 103. C’est dire si les revues de poésie il connaît.

Georges Cathalo a pu écrire dans Friches : «Jean-Pierre Lesieur peut être considéré comme l’un des plus brillants revuistes de notre époque», ce que par modestie je ne m’empresse pas de reproduire ici.

 En préparation, un Dérisoire Journal chez les Carnets du dessert de lune et Suzette chez l’Idée bleue de Louis Dubost.

 
 
 

LE CORPS N'OUBLIE RIEN
Le corps n’oublie rien
Le corps n’oublie rien
Les caresses  ancrées à l’aube des aisselles
Les traces accrochées sur les paumes de main
Des hirondelles tombées de la marée du ciel
Comme des mots sans retour venus comme ça.
Le sentier de la guerre écarte ses fossés
Sous le cheval fou à la démarche incertaine
Tu prends ton regard dans un filet de chasseur
Qui le tire en riant comme un perdreau de l’an.
Le corps n’oublie rien
Le corps n’oublie rien
De vagues amulettes strient la moindre aventure
Et les sorciers véreux de la nomenclature
Atteignent les sommets en gémissant de rire
Pour ouvrir de leurs poids la geôle des lendemains
Une mort non voulue terrorise les tangentes
Petit oiseau rêveur à la turpitude des avenirs
Son vol exaspère les sentes en araignées
Dont la toile se meurt de civiliser les mouches.
Le corps n’oublie rien
Le corps n’oublie rien
Passage insolite qui ne mène nulle part
L’aura des ouragans remonte d’une région
Et la peur s’installe dans les nattes des filles
Qui n’aiment pas le vent quand il est important
Et tous ses passereaux du clair de la mémoire
Que tu veux attraper dans tes filets percés
Te laissent sur la peau trace indélébile
Le souvenir de celui que tu as tant aimé
Le corps n’oublie rien
Le corps n’oublie rien.

Jean-Pierre Lesieur (inédit)

 

Blanche guerre

 

L' horizon n était pas bon, L' orage couvait ,les yeux des lézards étaient clos.

L' éclair plus frais d une heure rechargeait son ciel et des drôles en haillons couraient.

La bombe tomba tout près ,éclata ses neutrons sur un territoire neutre qui ne le savait pas.

L école brûla tout son saoul de grammaire.

Des vieux livres d oxygène dérapèrent dans la résine opaque des holocaustes.

 Un teacher périt sous la plaque funéraire qu il honorait chaque année.

 Peu à peu se prit l habitude déserte de frîches sans eau et d oasis poreuses où les petites filles narguaient Blanche-Neige et son miroir à fées.

On réouvrit les mauvais comptes des sept nains guerriers un matin. 

 

Inédit  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site