Patrick Lannes est né en 1954 à Rabat. Ses origines bretonnes et catalanes l'ont amené à vivre en Pays de Loire (St-Nazaire et Nantes) et en Roussillon (Région du Vallespir). La photographie, qu'il pratique d'instinct comme la saisie d'une esthétique momentanée et singulière, accompagne sa poésie depuis déjà plusieurs années. Il a fait des études d'histoire de l'Art et exerce le métier de bibliothécaire.




 










   

 

 

T O I

 

O U  L E S  M O T S  I N F I N I S

 

- Poème -

 

 

 

Pour B

Cette trace alphabétique

De notre histoire.

 

 

 

I

 

 

                Elle a des silences évanouis aux paupières

                Et ses yeux à l’érosion, ferment

                Leurs dernières fenêtres de regards perdus

 

                Bientôt ce sera l’ultime fraîcheur

                D’une vallée de rêves écorchés

                Qui se noiera aux frontières de ses joues

 

 

                Je n’ai pas bien su étudier le grand voyage

                De son visage infini

                Et la géographie limpide de sa peau

                Est demeurée mystère de grottes inexplorées

                Et de profondeurs insondables

                A mon premier regard d’homme émerveillé

 

 

 

 

 

       II

 

 

                           Elle a des cris étonnés

                           Autour de ses bras d’horizons surpris

                           Et ses mains dans les représailles du soleil

                           Qui s’enfouit à un de mes gestes de nuage,

                           Ses mains délaissent leurs dernières éclaircies

                           Encore tièdes

                           Dans le ciel incertain de ma paume humide

 

                           Bientôt ce seront des silhouettes de jonquilles

                           Qui dériveront arrachées

                           Aux ruisseaux de ses doigts

 

                           Je n’ai pas bien su respirer

                           La grande plaine de ses membres éclos

                           Et le parfum de sa peau n’a pas eu

                           Une corolle d’eau de ma force

                           Pour éviter le vent d’ouest

                           Sur la côte rocheuse

                           De mon premier refus d’homme éveillé.

                                                            

                                                                                            
                                                                                                III

 

                        

                         Elle a des forêts brisées au tableau

                        De ses cheveux

                        Et ses mèches griffées de feux blonds et brefs

                        Offrent à la froideur de mon front

                        La nature chaude de sa tête apaisée

 

                         D’une couleur

                        Que je n’ai pas su déposer

                        J’ai cassé les clairières blanches

                        De sa déclinaison à ma tête lointaine

 

                        Bientôt ce sera le paysage inconnu

                        De sa chevelure

                        Qui basculera dans la gomme d’un soir

                        Et l’art de sa tête mourra au message

                        De ma première hésitation d’homme.

 

                       Elle a des soupirs en pluie aux écluses

                       De ses lèvres entr’ouvertes

                       Et des bateaux mouillés de baisers solitaires

                       Attendent que le port de mon visage

                       Soit désert un dimanche

                       Pour laisser s’y évader

                       Leur mauvais temps d’impatience

                       Et y accoster leur amour à ma peau fiévreuse

 

                       Bientôt dès que la vague de l’étreinte jaillira

                       Ses épaules plongeront au courant de la fugue

                      Et sur le sable sec de ses lèvres

                      De mes bras étourdis de colère

                      L’aveu le plus nouveau naufragera.

 

 

 

 




 

             IV

 

 

                          L’étranger pourrait être moi-même

                 Dans ses jours les plus tristes de pain mouillé.

Moi je ne sais pas sourire de lumière

                        Jusqu’à son ombre fugitive.

 

                          A la lisière de nos rencontres

                       Chacun a son fusil en sentinelle

                       Et si au couvre-feu de nos cœurs

                       Nous voulons briser l’état de siège

                       En fuyant de nos erreurs,

                       Il faut que l’un de nous

                       Sache le mot de passe

                       Le mot qui vivra par la voix d’un enfant.

 

 

 

 

 

 

                                                                                               V

 

 

                         Elle a des chemins de fraises  

                         Au bois de sa bouche

                         Et pour un fruit mûr

                         Comme l’océan le plus agité de ses bras

                         Je vais me jeter contre sa peau

 

                         J’aurai pour son soleil épanoui

                         La tête en verger

                         Les mains nouées de blé et d’alouettes

                         Le corps ébréché par toute sa folie

                         Le coeur qui bat la campagne…

 

 

 

 

 

 

                                                                                          VI

 

 

                        Et puis le jour hermétique qui mourut

                        Dans toutes nos paroles otages

                        Tous nos mots infirmes

                        Tous nos regards inavoués

                        Tous nos silences envoyés sur le front

                        Tous nos désirs agrippés au repas commun

                        Tous nos secrets éparpillés

                        Dans les souffles de la pièce

                        Tous nos gestes amarrés aux poignées

                        De portes et du buffet

 

 

                        Tous nos combats en somme

                        Creusés en nous-même.

                        Tous nos paysages de nature sauvage

                        Et délaissés dans chaque minute d’inquiétude.

 

 

 

              VII

 

 

                         Le jour hermétique

                        Dont nous ne comprenions pas

                        La lumière et le temps

                        L’air et le ciel

 

                        Le jour hermétique de nos deux silhouettes

                        Est mort à mesure que ce fut sept heures

                        Que le pain coupé vivait dans nos mains

                        Que les assiettes mises invitaient notre confiance

                        Que les verres étaient d’eau ou de vin

                        Et que chauffait dans la poêle

                        Ce qui rapprocherait notre faim

                        Notre soirée de bruits ininterrompus…

 

 

 

 

    VIII

 

 

                Toi mon amour tu veux grimper

                         Les rochers de ma vie

                         Parce que pierre, je ne sais effriter

                         Mes paysages les plus inaccessibles

 

                          Et si pour venir aux plus beaux silences

De tes paupières

                         Il faut me blesser

                         A chaque lettre de ton prénom,

                         Je t’aime en poème en toi-même

                         Et à jamais je te veux confondue

Toi et ton amour

                         Avec les mots infinis qui hantent

                         Chaque détour de ma vie

 

                           Et je ne pourrais plus désormais

                         Cesser de t’écrire

                         Aux fleuves les plus puissants

                         Qui te chavirent à mon esprit d’homme,

Mot après mot.

 

 

 

A Saint - Nazaire, 1976 .

 

 

 

 

 

 

* Ce poème a fait l’objet d’un petit recueil publié en 2007. Pour toute commande adresser vos coordonnées à :  toioulesmots.infinis@laposte.net. Paiement à réception par chèque de 10 €  (port + emballage) à l’ordre de Patrick Lannes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMME UN SILENCE

DANS

UN SOUFFLE

 

- Extraits -

 

 

(Recueil paru aux Editions ZURFLUH / LES CAHIERSBLEUS)

 

 

 

THEME CENTRAL :

 

. Poésie et musique

 

QUELQUES AUTRES THEMES :

 

. Franz Schubert

. L’amour des livres

. La mort d’un père

. Le sud

. L’enfance

. La femme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I  





POESIE ET MUSIQUE






Piano et violon

 

 

                                 Alors piano et violon

                                        S’unissent

                             Dans une même patience

                                                                            répétitive et désenchantée…

 

Se séparent

Chacun tour à tour davantage perceptible

                          Osant élever la note

                                                               jusqu’à une langueur insoumise…

                           Et belle de le rester.

 

                              Se rapprochent et se répondent

                           Par petites percées de confidences

                                                                                           caressantes…

                            Qui finiront par ne plus qu’effleurer

                           Le chuchotis mourant

                                                                         du

                                                                               silence

 

(extrait de : Silencieuse blessure)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 















 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II

 

 

FRANZ SCHUBERT

 

 

 

Notes de première neige

 

 

Sonates pures de Schubert :

                     Notes de première neige vous frémissez

         Puis dans le final s’adoucissent…

                                                         comme un murmure

                                             jusqu’au dernier son ouaté

                                             s’éclipse enfin à l’intérieur

                                             de nos discrètes blessures.

 

(extrait de : Silencieuse blessure)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

III

 

 

L’AMOUR DES LIVRES















 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une rumeur extérieure

 

(extrait)

 

 

 




















































                                          



















 

 

 

 

 

 

 

 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site